Présentation (en savoir +) sur Bruges au Moyen-Âge

Nous pouvons dès lors nous demander comment se manifeste l'essor urbain, entre le XI° et le XIII° siècle, à travers l'exemple de la ville de Bruges.

 

Nous allons dans un premier temps nous intéresser à l'essor de la ville de Bruges, puis à l'organisation du travail dans celle-ci, et enfin nous verrons l'évolution de l'organisation du pouvoir politique.

 

L'ESSOR DE LA VILLE

 
 

   Bruges a été quatre fois inscrit sur la liste du patrimoine mondial, ce qui contribue à faire de ce site un lieu unique. Elle compte 50000 habitants au XIIIe siècle.

La ville commence à se développer à partir du VIIIe - IXe siècle, soit au début du Moyen-Âge.

Les premières habitations se trouvent principalement près des bans de sable, ainsi que le long de la rivière Reye.

À partir de la fin du IXe et au cours du Xe siècle, le quartier nommé la Place du Bourg, où se situait un château fort alors habité par le comte de Flandre, devient un centre urbain très important.

Plusieurs habitations et commerces voient le jour autour du Burg (la Place du Bourg) au cours du Xe et du XIe siècle. À partir de cette période, et jusqu'au XIVe siècle, Bruges ne cesse de se développer, jusqu'à devenir une ville commerciale internationale.

Au début du XIIe siècle, Bruges subit la construction des premier remparts, en effet la ville est alors entouré par des murs sur une superficie d'environ 75 hectares. Des portes sont également construites aux principales voies d'accès.

L'aspect de la ville est ainsi façonné par ces remparts, qui suivent pour la plupart le tracé des cours d'eau existants.

De part sa situation géographique, près de la mer du Nord et des routes commerciales, Bruges a toujours jouit d'un statut commercial important.

À partir du XIIe siècle de nouveaux centres urbains apparaissent, comme par exemple Douai, Arras, Saint-Omer, Tournai, Gand ou encore Bruges. À cette époque, beaucoup d'activités et de travaux sont réalisés dans les villes médiévales, ainsi la Flandre s'impose dès le XIe siècle à travers la confection de draps lourds, d'excellente qualité. Va alors naître dans ce domaine la spécialisation des tâches, tel que le battage, le peignage et le filage. Ces opérations demandant très peu de compétences, elles seront essentiellement confiés aux femmes. Le tissage, en revanche, est considéré comme la tâche la plus noble.

D'autre part, la construction alors longtemps négligée, constitue au Moyen-Âge la première activité industrielle en terme de main d’œuvre. Le secteur de l'alimentation, comprenant des métiers tels que les boulangers ou encore les bouchers, requiert aussi beaucoup de personnel. Le travail des métaux et des cuirs demande également une importante masse ouvrière.

L'industrialisation intervient alors dans ces activités lorsque c'est possible.

 

II L'ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA VILLE

 

   Au milieu du XIIe siècle apparaît l'organisation de l'artisanat en métier. Elle est également nommée : arts, jurandes ouguildes.

Jusqu'au XIVe siècle, on distingue alors deux catégories de métiers, les métiers jurés et les métiers réglés. Les membres des métiers jurés sont liés par un serment qui détermine leur statut. Ils se situent principalement dans le bassin parisien. Alors que pour les métiers réglés, les réglementations sont imposées par les autorités urbaines. Ils ont essentiellement localisés dans le Midi de la France, les Flandres et l'Allemagne.                                                                                                                         Durant cette période, une hiérarchie à trois niveaux est imposée. Elle se compose de maîtres, d'apprentis, généralement destinés à devenir maîtres, et de valets, domestiques attachés le plus souvent au service du maître

Les apprentis ont la possibilité de devenir maître à l'issue d'un examen rigoureux, et du paiement d'un droit d'entrée, exigences dont sont souvent dispensés les fils de maîtres. Les valets, pour leur part, se voient régulièrement confier de médiocres besognes, car ils ne sont pas destinés à progresser dans la hiérarchie sociétaire. Cette classification se traduit notamment au niveau politique, ainsi les métiers les plus influents ont de plus grandes possibilités d'accès aux fonctions politiques.

Par ailleurs, les compétences requises pour être marchand sont de plus en plus exigeantes, du fait de  l'accroissement du commerce. Chez les artisans on observe la même évolution, longtemps méprisé, le travail manuel est réhabilité, car il est indispensable pour la progression économique et sociale de la ville. Ils restent malgré tout socialement inférieurs aux marchands.

Vous pouvez retrouver les différentes enseignes de métiers présents à Bruges dans notre album photos.

 

III L'EVOLUTION DE L'ORGANISATION DU POUVOIR POLITIQUE

 

   Bruges n'apparaît au Moyen-Âge que comme une place fortifiée, et n'est donc pas officiellement une ville, mais juste un espace de la Belgique le long du Zwin, un bras de mer. Baudoin, vassal du roi Carolingien Charles le Chauve y fonde alors le comté de Flandre, qui s'étend jusqu'à l'Escaut et l'Artois, mais la ville n'a d'existence officielle qu'en 928. Bruges est dirigé par le Comte de Flandre, celui-ci gagne une certaine autonomie avec la signature d’une charte communale, en 1281. Elle a joué un rôle primordial au Moyen Âge, époque au cours de laquelle les riches marchands de la ville reliaient la Baltique et la Méditerranée. Ceci était un point important de la spécificité bourgeoise au Moyen-Age. À la fin de cette période Bruges devient la ville la plus riche d'Europe du Nord.

Les échevins et le Bourgmestre forment le conseil qui gouverne la ville avec le comte. Au Moyen Age un petit nombre de personne détient le pouvoir politique et social. Cette élite est composée d'agents seigneuriaux nommé ministériaux, de grands marchands, de nobles, de clercs et de banquiers. Les marchands et les boutiquiers forment ce qui est appelé le poppolo grasso (« peuple gras »). Tandis que les petits artisans, les valets et les ouvriers forment le poppolo minuto (« peuple menu »).

La ville est malgré tout dominée par la noblesse, qui lève des taxes appelées cens et s'occupe des relations avec le monde rural environnant. Elle prend également en charge l'approvisionnement en marchandises de la ville, qui constitue un des soucis majeurs de cette période. Les citadins sont eux aussi soumis à un Seigneur, qui s'occupe d'exercer le pouvoir judiciaire, assurant ainsi la protection des habitants. Parallèlement au Seigneur, l’Évêque joue un rôle prédominant à partir du haut Moyen Âge (fin du Ve jusqu'à la fin du IXe siècle). Les habitants peuvent alors être soumis à des autorités différentes, en fonction des quartiers où ils se trouvent.

À partir de la fin du XIe siècle, les élites urbaines revendiquent l'autorité Seigneuriale. Elles réclament et obtiennent ainsi des faveurs, ou privilèges, parfois au prix d'insurrections qui sont codifiées dans les chartes de franchises.

Cependant, quelques Seigneurs, ne sont pas opposés à ce mouvement et y voient même un intérêt financier. Par ailleurs, quand le pouvoir du seigneur est trop faible, la ville obtient le statut de commune.

Voici ci-dessous le sceau de la ville de Bruges, qui est utilisé pour toutes les éléments à caractère officiel.

 
 

   L'exemple de Bruges prouve que les villes peuvent rapidement évoluer au Moyen-Âge. En effet, le commerce, ayant servi en grande majorité à « populariser » Bruges, est l'un des facteurs essentiel pour la croissance d'un espace pendant cette période. Effectivement, ce fut seulement après son expansion commerciale, que Bruges prit un réel départ financier.

L'évolution de la ville aura duré seulement 200 ans, pour passer d'un petit espace inconnu, avec un château, une chapelle, et un petit Burg, à la ville la plus riche d'Europe du Nord à la fin du Moyen-Âge. Cette ville est donc un bon exemple de l'essor urbain dans la période du XIe au XIIIe siècle.

Par ailleurs, du fait du recul progressif du pouvoir de Baudoin sur ses terres et sur le reste du comté,  dont il est aussi le seigneur, les habitants prirent de plus en plus d'importance dans la situation politique de Bruges.

 

 
Commentaires (6)

1. BobTonNeveu (site web) 02/11/2016

Ton neveu se fais baiser par te neveuse

2. BobTonFrere (site web) 02/11/2016

bob ta soeur si ca te tente mais moi j'en ai envie

3. BobTamere (site web) 02/11/2016

BobTonPere

4. BobTamere (site web) 02/11/2016

BobTonPere

5. Vanessa 16/06/2015

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?


Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez. Voici le lien: http://revenumensuel.com/

6. amel 08/05/2014

je n'ai pas nécéssairement trouver la réponse à ma quetion:quel est le rôle de brige au moyen age mais la présentation est quand même bienfaite meme comme je l'avais dit vous ne mentionnez pas certains points importants

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site